Nicolas est né le 6 juillet 1991 à Roanne (42) après 3 autres garçons. Il a vécu jusqu’à l’âge de 18 ans dans un petit village de 950 habitants.

A 18 ans, il s’installe à Lyon en colocation avec sa meilleure amie, pour décrocher un BTS informatique.
Il y rencontre des gens aux profils très différents,  s’ouvre sur beaucoup de choses et finit par assumer son homosexualité.

Au moment des manifestations pour le « mariage pour tous », il est touché par tous ces gens qui se mobilisent pour une liberté. Il a envie d’œuvrer pour faire évoluer les mentalités et décide de s’engager dans « SOS homophobie ».

Il intervient notamment en milieu scolaire de la 4ème au BTS. Il explique et dialogue avec ces jeunes pour mieux leur faire comprendre l’homosexualité.

Dans ce milieu souvent hostile à ce mode de vie, Nicolas s’affirme en maintenant le dialogue, en restant à l’écoute des autres.

Une expérience  enrichissante et forte.

En 2014, il découvre une association « La Flamme de la Vie » sur le site du centre hospitalier Léon Bérard.

Cette association lyonnaise d’une vingtaine  de bénévoles organise des séjours de 2 jours à 1 semaine et offre des loisirs à des enfants soignés à hôpital L. Bérard ou à l’hôpital mères-enfants.

Pour Nicolas: « Un enfant est censé être heureux. Quand il est malade on lui enlève une part de ce bonheur. »

Il se sent touché par ce qu’apporte l’association aux enfants et y devient bénévole.

Informaticien de métier, il prend en charge le site de l’association. En même temps, il est  animateur lors des séjours (pirate sur une péniche, Jules César, père Noël, accompagnateur  lors de matchs de foot ou de spectacles ; organisateur d’un séjour dans l’Aveyron).

Œuvrer dans cette association est une grosse remise en question pour Nicolas.

  • « J’avais tendance à ne voir que ma petite vie, à me dire  «  je suis différent et on ne m’accepte pas. » Je prends maintenant du recul sur certaines choses de ma vie : c’est tellement dérisoire. »
  • « Ce qui définit cet enfant, ce n’est pas qu’il soit malade : c’est un être humain.

Et puis ces enfants m’apportent tellement, ils sont matures.

Ces séjours les remettent à leur place d’enfant, et c’est ce que j’aime ! Sur un plan, je leur apporte du bonheur. »

Profiter de la vie. Aimer les autres. Arrêter de perdre du temps à m’apitoyer sur mon sort, d’être en colère, de polémiquer pour un rien. »

Son plus beau souvenir :

A chaque séjour un enfant se démarque.

« Je repense à Yanine (7 ans) atteint d’une maladie incurable qu’il a acceptée, ou à Natacha (3 ans) condamnée.

Ils m’ont apporté une belle leçon de vie : «  revenir à la satisfaction d’être vivant. »

Je croyais que la vie c’était se marrer, avoir des enfants, une maison…

Depuis, je donne un autre sens à ma vie : donner de mon temps, mon énergie, être dans le partage, l’engagement citoyen.

Si chacun s’engageait pour les autres, le monde tournerait peut être mieux…. »

« Je remercie toutes les personnes que j’ai croisées sur mon chemin.

Je me sens différent et quelquefois cela me fait souffrir et en même temps ça fait partie de ma personnalité. C’est certainement la raison pour laquelle, j’aime m’entourer de gens différents et hors cadre. »

RETOUR