Adeline, née il y a 35 ans dans la région grenobloise, est professeur d’anglais.

Très attachée à sa famille, elle apprécie chez ses parents leur capacité à accueillir les gens, à les aimer tels qu’ils sont, sans préjugés.

Adeline est entourée de nombreux amis aux profils très différents qui lui apportent énormément. Même si elle ne les voit pas souvent, ils sont dans son cœur.

« Les belles rencontres m’aident à grandir ».

Elle adore son métier : elle se sent utile et aime le contact avec les jeunes Elle enseigne dans un collège où la plupart de ses collègues sont devenus des amis. Elle s’y sent bien !

Elle aime les voyages et découvrir le monde.

Elle a toujours voulu faire du bénévolat. De 17 à 19 ans, elle aide les enfants à faire leurs devoirs.

Par la suite, elle s’intéresse à Forum Réfugiés à Bron au centre CADA (centre d’accueil des demandeurs d’asile), une association sans but lucratif œuvrant pour l’accueil des réfugiés et pour la défense du droit d’asile, créée en 1982.

Elle y rencontre des gens du monde entier : Syrie, Rwanda, Soudan, Iran, Irak, Éthiopie, Russie,….à qui elle donne des cours de Français chaque semaine.

Elle s’investit dans différentes manifestations (fête de Noël, concerts, journée portes ouvertes.)

« Il se crée une alchimie entre eux et moi. Nous partageons un moment hors du temps où nous sommes heureux ».

Elle y rencontre Bonney, une Rwandaise qui écrit en anglais sur l’espoir, le courage. Adeline traduit son recueil de textes et rédige une préface poignante.

« J’ai découvert en elle une personne rare, une très belle âme »

Avec une autre bénévole, elle soutient Bonney dans la création d’une association pour les insuffisants rénaux isolés.

Pour Adeline s’investir dans une association c’est se sentir en accord avec elle- même,-faire de très belles rencontres, de se sentir bien dans sa vie.

« Cela m’a permis de voir ce qui est essentiel pour moi »

Son plus beau souvenir :

« La soirée de Noël 2015 au CADA. J’étais avec tous ces gens, ces familles venues de pays différents. Sentir la communion entre tous ces gens différents m’a touchée.

C’était très beau de sentir cette humanité, d’être heureux tous ensemble au même moment, dans un contexte différent pour tous, avec des vécus douloureux pour beaucoup. J’étais comme transcendée.

Il y avait de l’amour inconditionnel, de l’Être et pas d’Ego. C’est cet Amour qui nous relie.

Être unie avec ces gens me fait aimer la vie.

On est tous des Êtres. »

Vœu: Chacun arrive à s’aimer tel qu’il est pour aimer l’autre tel qu’il est, différent.

RETOUR